Mon voyage gastronomique au Québec

Publié par Circée le

La découverte d’un pays se fait par toutes ses formes de culture : l’art, la musique, l’architecture, et bien entendu la gastronomie. Je ne pouvais vraiment pas aller au Québec sans tester la gastronomie locale. Ce fut un vrai dépaysement pour moi ce voyage gastronomique au Québec.

On est très loin de ce que j’ai l’habitude de cuisiner ici, de la cuisine méditerranéenne. Le matin, les Québécois font pas mal de brunchs, super consistants. Là on se rapproche un peu de mes habitudes, car j’aime bien manger le matin, mais je reste sur un petit déjeuner continental classique par contre.

Ensuite le midi autrement appelé dîner les Canadiens grignotent pas mal, essentiellement de la street food (burgers, hot dogs etc …). Autant pour pas mal de choses les français ont laissé leur influence, autant pour la nourriture, les Québécois se sont plus rapprochés des Américains. Ensuite pour le souper (dîner en français), il est pris bien plus tôt que chez nous en France. C’est souvent vers 18h avant de partir faire du sport ou retrouver des amis.

Mais surtout j’ai vraiment été impressionnée par le nombre de microbrasseries. On trouve pas mal de bières vraiment différentes. En France, ça commence depuis quelques années, mais chez eux il y en a vraiment pas mal. Du coup c’était sympa de pouvoir en découvrir de nouvelles.

Et puis découvrir une région au niveau gastronomique, ça ne passe pas que par les restaurants, ça passe aussi par un tour au marché. J’ai notamment eu un vrai coup de cœur pour le marché de Jean-Talon à Montréal.

Et pour finir ce voyage gastronomique au Québec, j’ai fait un voyage à l’intérieur d’un voyage. A l’instar des Etats Unis, le Québec est une terre d’accueil et on a pu découvrir une grande variété de spécialités culinaires de tous les pays.

C’est plus qu’un pays que j’ai découvert, c’est une autre manière de vivre.

Les brunchs

Moi qui pensais que les brunchs étaient réservés aux fins de semaine, et bien j’ai été surprise de voir que pas mal de restaurants proposaient des brunchs toute la semaine.

Le brunch c’est en fait la contraction de breakfast (petit déjeuner) et de lunch (déjeuner). C’est 2 repas en 1. Il y a une boisson chaude ou pas, car mon grand avait pris un lait frappé (milkshake), avec des tartines rôties (grillées avec du beurre dessus), des œufs (en omelette, brouillés, ou autre), des crêpes (en fait des pancakes), de la saucisse, des fèves au lard, des patates etc …

Pour tout vous dire, on a pris le brunch à même pas 8h30, je n’ai pas tout fini, et j’ai à peine dîné le soir … Autant vous dire que ça avait bien calé mon estomac ! On a pris notre brunch à l’Avenue à Montréal, mais ne vous inquiétez pas, je vous en parlerai très prochainement.

D’ailleurs, comme aucun de nous 4 n’avions fini nos brunchs, on a demandé un doggy bag pour les restes, et ça nous a été apporté très naturellement. C’est vraiment ce que j’apprécie, car du coup il n’y a pas de gâchis.

Brunch à l’Avenue à Montréal

La street food

J’ai vraiment été impressionnée par l’importance de la street food, autrement dit, la cuisine de rue. J’ai été étonnée de voir autant de petits snacks et de vente à emporter, alors qu’en France nous préférons le plus souvent le confort d’un restaurant pour s’asseoir et déguster.

Et puis on ne va pas se le cacher, c’était le plus souvent de la nourriture bien grasse plutôt que des salades. C’est d’ailleurs comme ça qu’on a pu déguster de la poutine en plein après-midi, des hot-dogs avec pas mal de pickles dedans (c’est super coloré !), des burgers etc … D’ailleurs pour en venir à la poutine, c’est de la vraie nourriture de confort : des frites servies avec du fromage coupé en gros dés et légèrement fondu, recouvert de sauce brune. Je n’y ait pas trouvé grand intérêt culinaire, mais ça cale bien. A priori ceux qui sortent le soir aiment bien en manger en cours de nuit. Sinon il y a pas mal de variantes avec du jambon ou autre dedans, mais je n’ai pas eu l’occasion de tester.

Les bagels sont aussi pas mal appréciés. On a d’ailleurs pu remarquer la foule qui se pressaient devant chez Schwartz, LE spécialiste du bagel à Montréal. Ça nous a fait halluciner. Sinon les sandwiches à la viande fumée (Smoked meat) font aussi partie des plats à goûter.

Mais j’ai surtout été choquée par le nombre de personnes qui se promènent dans la rue avec une boisson à la main. Là on était en plein été avec des chaleurs importantes, mais beaucoup avaient un gobelet de café (chaud ou froid je ne sais pas) ou bien une gourde.

 

Du coup, là j’en reviens à mes convictions zéro déchet, ce n’est pas forcément évident ensuite de limiter les emballages dans ces conditions.

Pas de drive, mais un service au volant

 

Les microbrasseries

Si ça se développe de plus en plus en France, les microbrasseries au Québec sont légion. Je ne sais pas combien ils en ont, mais il y en a vraiment pas mal.

Du coup on en a testé quelques unes, soit achetées directement au supermarché, ou bien dégustées au restartant ou sinon directement sur le lieu de production. C’était notamment le cas pour la brasserie Saint Ambroise à Montréal qui a une large terrasse où on peut déguster sa bière avec quelques nachos.

Les marchés

Dans la liste des lieux à visiter, ma tante m’avait indiqué le marché Jean-Talon. Et elle avait bien raison ! Nous n’y sommes allés que la 2ème semaine de notre séjour Québécois car la première nous étions peu à Montréal. En tout cas c’était vraiment un très beau marché à découvrir, d’ailleurs je vous en parlerai plus tard.

Les marchés, y a rien de mieux pour découvrir les produits locaux et discuter avec les producteurs. C’est comme ça, qu’on a vu un super étal de maïs sucré. Et puis j’ai réussi à glaner quelques infos pour le cuisiner. Et hop nous voilà repartis avec nos maïs sucrés pour le repas suivant.

Dans les producteurs locaux, il y avait notamment une productrice de tartes artisanales. C’était du typique Québécois : tartes au sucre, tartes aux bleuets, tartes à la pacane, tartes au sirop d’érable etc … Elles étaient vraiment trop bonnes !

Et puis en autre produit local, il y avait bien évidemment le fameux sirop d’érable, qu’on a bien sur ramené.

La diversité culinaire

Ce voyage gastronomique au Québec ne pouvait se faire sans découvrir la gastronomie amérindienne. Ça a notamment été le cas lors de notre passage à Wendake, une petite réserve indienne au nord de la ville de Québec. Malade ce jour-là je n’ai pas vraiment pu apprécier les spécialités locales. Ce que j’ai surtout retenu c’est qu’ils chassaient et pêchaient pas mal. La nourriture étaient souvent mijotée, ou bien séchée pour être conservée plus longtemps. Et bien sur le maïs faisait partie intégrale des menus locaux.

repas Wendat

 

Culinairement parlant, Montréal notamment, est une vraie ville cosmopolite. Et du coup ça se ressent aussi dans les restaurants. Dans le quartier chinois, j’ai pu voir pas mal de boutiques avec les plats en exposition, certains très surprenants.

Et dans le snacks, il y a pas mal de diversité également. J’ai pu tester un des derniers soirs un repas libanais à emporter. C’était vraiment super goûteux. J’ai adoré !

 

Et voilà, comment résumer brièvement (ou pas) mon voyage gastronomique au Québec. J’espère que ça vous aura donner envie d’y aller, pour découvrir les spécialités par vous-mêmes.

Et une dernière photo pour le plaisir :

Pour les non anglophones : « les personnes maigres sont plus faciles à kidnapper, soyez à l’abri, mangez des crêpes » (en fait des pancakes).

Pour se tenir au courant des nouveautés
Placeholder Placeholder

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :