Tout pour faire ses conserves maison

Publié par Circée le

C’est un sujet qui m’anime régulièrement depuis des années. J’ai commencé à faire des conserves de canard gras l’hiver 2007 avec ma grand-mère. Depuis quelques années, je me mets également aux conserves de fruits et légumes, ou plats cuisinés. La raison est simple : profiter des bons fruits et légumes de l’été pendant toute l’année grâce aux conserves. J’ai eu pas mal de questions sur le matériel nécessaire pour faire ses conserves maison, du coup je me suis dit que c’était plus facile de vous faire un petit article sur le sujet.

Le gros matériel pour faire ses conserves maison

En gros matériel, si on veut vraiment faire de grosses quantités de conserves à la fois, il y a 2 éléments à avoir absolument :

  • une grosse marmite, pour faire cuire les aliments
  • un stérilisateur

La grosse marmite pourra être une cocotte minute, une grande bassine à cuire, un couscoussier ou autre … Pour ma part, c’est une bassine à confiture, en inox qui a une capacité de 9 L et qui va à la fois sur le feu et sur l’induction, ce qui est bien pratique. J’utilise aussi régulièrement ma cocotte minute, pour des quantités un peu moins importantes. C’est dans cette grande marmite qu’on va faire cuire tous les aliments : ratatouille, sauce tomate, cassoulet, soupe de légumes etc …

Le stérilisateur c’est l’élément le plus important pour réaliser ses conserves. C’est celui qui va permettre de stériliser les bocaux. Si dans un premier temps, pour tester si on veut faire 2-3 conserves, on peut alors stériliser les pots dans une cocotte minute. Le tout est que les pots soient bien recouverts d’eau … Sinon, il faut prendre un stérilisateur qui permet de mettre environ 10 bocaux. Après il faut choisir entre stérilisateur électrique et stérilisateur à gaz.

Pour ma part, j’ai opté pour le stérilisateur à gaz que je mets sur un trépied dehors. Mais on peut aussi le mettre sur sa gazinière. Ses principaux avantages sont : son prix souvent la moitié du stérilisateur électrique, sa légèreté, sa grande capacité, ses crochets pour bloquer les bocaux. Ses principaux inconvénients sont qu’il n’a pas de robinet pour évacuer l’eau, ni minuteur intégré, ni réglage de la température.

Il y a donc aussi les stérilisateurs électriques, qui sont peut-être plus fonctionnels. En effet, les avantages sont multiples : une belle capacité pour certains (jusqu’à 14 bocaux), un robinet pour évacuer l’eau de cuisson, la possibilité de faire le vin chaud ou autres boissons chaudes, la minuterie et le réglage de la température. Par contre pour le prix, ça peut varier entre 2 et 3 fois le prix d’un stérilisateur à gaz.

 

Le petit matériel pour faire ses conserves maison

Il n’y a pas forcément besoin d’énormément de petit matériel :

  • de bons bocaux avec des couvercles en bon état

Après on peut aussi acheter toute sorte de petits gadgets :

  • une pince à bocaux pour les retirer de la cuve, mais comme on est censé laisser refroidir les bocaux dans le stérilisateur, j’ai du mal à voir son utilité
  • un entonnoir large pour verser dans les bocaux sans en mettre de partout. Ça, par contre je trouve ça super utile pour travailler proprement.

 

Pour les bocaux, au début j’ai voulu faire les choses bien, j’ai commencé à investir dans des bocaux Le Parfait Famillia Wiss, ceux qui se ferment avec un couvercle qui se vissent. Pour les utiliser il faut utiliser une capsule rigide. C’est bien pratique, car on dévisse le bocal, on met un coup de couteau au milieu de la capsule et c’est ouvert.  Par contre niveau prix, c’est pas donné. Comptez 13,50 € les 6 pots de 350g avec une capsule au départ, et ensuite comptez 13,90 € les 12 capsules. Sachant qu’elles doivent changée à chaque nouvelle conserve, ça monte vite.

Du coup je suis vite passée à la récupération et vide-grenier. Grâce à mon père, c’est comme ça que j’ai récupéré des bocaux Le Parfait toujours, mais cette fois avec un crochet pour fermer et le célèbre caoutchouc orange parfois (souvent) difficile à ouvrir. Là niveau prix c’est plus abordable, même si le lot de 6 bocaux de 350g est légèrement supérieur à 14,90 €. Par contre les 10 rondelles sont à 4€, ce qui est bien moins cher. J’ai trouvé par contre chez Hutchinson, des rondelles à double nez, bien plus pratique à ouvrir. C’est vraiment pas mal !

Mais surtout je fais de la vraie récup, avec les différents pots en verre avec le couvercle (moutarde, mayo etc …). Il faut par contre veiller à ce que les couvercles soient en excellent état, pas de trace de rouille ou autre et ça fonctionne très bien.

 

Tout ce qu’il faut en quelques clics

Vous trouverez ici la liste rapide du matériel nécessaire pour réaliser des conserves.

 

Les grands principes de la stérilisation

Pour faire une bonne conserve, il faut verser la préparation chaude le plus souvent dans les bocaux hyper propres. Y en a qui les nettoient à l’eau bouillante juste avant. Ce n’est pas mon cas. Souvent il y a un trait maximum à ne pas dépasser.

N’hésitez pas à passer un coup de torchon sur la fermeture du bocal. Il ne faut vraiment aucun résidu. On peut alors placer la capsule neuve, la rondelle orange neuve, ou le couvercle en très bon état suivant les cas. Bien refermer bien le tout et placer les bocaux dans le stérilisateur.

Recouvrir d’eau, si vous avez 4 à 5 cm au dessus c’est parfait. Lancer la cuisson et on commencera le décompte à partir de l’ébullition.

La durée dépendra des recettes , mais il faut compter :

  • légumes cuits : 1h à 1h30
  • compotes de fruits : 40 mn
  • terrines : 3h

Après le délai imparti, il faut alors laisser refroidir les bocaux dans le stérilisateur. Mais surtout après refroidissement, il faudra vraiment veiller à ce que les bocaux soient bien hermétiques et pour les Familia Wiss donner un petit coup de torchon sous le couvercle pour éviter qu’il ne rouille.

Pour le stockage des bocaux à rondelles, je préfère ne pas mettre le crochet. Du coup si une rondelle n’est plus hermétique le couvercle va se soulever immédiatement. Ça sera l’élément déclencheur. La conserve ne sera alors pas consommable. Pour les autres bocaux, je n’ai pas d’astuce pour savoir s’il y a un souci avec la conserve.

Et dernier conseil pour le stockage : préférez les lieux frais et à l’abri de la lumière.

 

Vous voilà désormais prêts à vous lancer dans la grande aventure faire ses conserves maison. Amusez-vous bien !

Si vous avez des questions, n’hésitez pas.

Pour se tenir au courant des nouveautés
Placeholder Placeholder

2 commentaires

Marie Laure · 2 août 2017 à 21 h 33 min

Bravo

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :